Gestion des services de dépistage du cancer pendant la pandémie de COVID-19

Lisez les recommandations sur la manière de rendre les services de dépistage du cancer plus résilients tout au long de la pandémie et au-delà

La première vague de COVID-19 a entraîné une pénurie de ressources en matière de soins de santé, et l’une des mesures a été l’interruption des programmes de dépistage du cancer dans tout le Canada. Cette perturbation entraînera le diagnostic de cancers à un stade ultérieur, ce qui se traduira par une détérioration de la santé de nombreux patients. L’intégration de pratiques novatrices et de grande valeur contribuera à préserver le dépistage du cancer en tant que service essentiel, et favorisera la résilience du système de dépistage du cancer tout au long de la pandémie, ou des pandémies futures.

Pour soutenir les services de dépistage du cancer, le Partenariat, en collaboration avec le milieu du dépistage du cancer, a déterminé les meilleures données probantes et recommandations d’experts disponibles pour la poursuite de la prestation de services et l’établissement de priorités lors des futures flambées épidémiques ou perturbations de services dans le document d’orientation intitulé Gestion des services de dépistage du cancer pendant la pandémie de COVID-19 et mise en place de services de dépistage résilients, plus sûrs et équitables.

Guide pour la mise en place de services et de programmes de dépistage résilients

Les principales recommandations formulées par les conseillers experts et les intervenants sont énoncées ci-dessous.


  • Recommandation no 1 : Travailler avec les partenaires pour concevoir des filières et des cadres de priorisation et pour soutenir l’échange d’information afin d’assurer un dépistage équitable pendant les périodes où les ressources sont limitées.
    Recommandation no 2 : Utiliser les données des programmes de dépistage pour éclairer la planification des capacités pendant les périodes où les ressources sont limitées.
    Recommandation no 3 : Envisager de rationaliser le recrutement proactif et la correspondance pour gérer les services de dépistage.

  • Recommandation no 1 : Mettre à profit le triage à l’aide du test fécal immunochimique (TFi) en vue d’améliorer l’accès à la coloscopie.
    Recommandation no 2 : Mettre en œuvre une gestion fondée sur les risques pour les personnes aiguillées vers une mammographie diagnostique, une colposcopie et une coloscopie.
    Recommandation no 3 : Élaborer un processus centralisé de prise en charge des aiguillages (p. ex. des points d’entrée coordonnés pour la réception des aiguillages).


  • Recommandation no 1 : Veiller à ce que les patients et le personnel portent des masques et prévoir des postes de désinfection des mains.
    Recommandation no 2 : S’assurer que des centres de dépistage sont créés de manière à permettre le flux des patients, un éloignement physique suffisant et le maintien d’un environnement propre.
    Recommandation no 3 : Effectuer une évaluation préalable des symptômes de la COVID-19 et des expositions possibles avant le test de dépistage en personne.

  • Recommandation no 1 : Fournir des soins virtuels lorsque cela est sécuritaire et possible, en particulier pour les personnes immunodéprimées et les plus exposées au risque de contracter la COVID-19.

  • Recommandation no 1 : Mettre en œuvre l’autoprélèvement pour la détection du virus du papillome humain (VPH) dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus en donnant la priorité aux populations qui sont plus susceptibles d’être touchées par les restrictions de voyage liées à la COVID-19.
    Recommandation no 2 : Continuer à organiser des cliniques mobiles de dépistage du cancer du sein qui se rendent dans les communautés afin que les femmes puissent accéder au dépistage du cancer du sein en toute sécurité.

  • Recommandation no 1 : Collaborer et communiquer avec les fournisseurs de soins primaires relativement au dépistage du cancer de manière continue pendant la pandémie de COVID-19.

  • Recommandation no 1 : S’associer aux membres de l’équipe multidisciplinaire, aux experts en la matière, aux partenaires communautaires et aux membres du public pour planifier les services de dépistage pendant la pandémie.
    Recommandation no 2 : Sensibiliser davantage les communautés à l’importance du dépistage du cancer.
    Recommandation no 3 : Établir des partenariats avec les participants au dépistage et les familles en tant que membres essentiels de l’équipe de soins afin de permettre une approche des soins centrée sur la personne.
    Recommandation no 4 : Créer une culture où le retour d’information des patients, des familles, du public est recherché chaque jour.

Lutte contre les inégalités en matière de dépistage du cancer

La pandémie de COVID-19 a touché de manière disproportionnée certaines populations au Canada. Les inégalités d’accès au dépistage du cancer risquent de s’accentuer. Les efforts visant à soutenir la résilience du dépistage doivent permettre de s’attaquer aux inégalités en matière d’accès à un dépistage de qualité, opportun et sûr dans tout le pays, et ne pas accentuer les disparités existantes.

Pour démontrer les progrès réalisés vers un accès équitable aux services de dépistage du cancer, les décideurs sont encouragés à :

  • Comprendre les différentes inégalités qui existent entre les communautés, la marginalisation étendue de diverses populations, ainsi que l’incidence du racisme systémique et d’autres expériences personnelles et intergénérationnelles de traumatisme.
  • Travailler avec les Premières Nations, les Inuits, les Métis et d’autres populations diverses, pour créer conjointement des services, tirer parti des soutiens communautaires et adapter les services aux besoins des communautés face à l’évolution de la pandémie.
  • Étudier les possibilités de fournir des soins plus près du domicile, en particulier pour ceux qui vivent dans des endroits éloignés et très éloignés au Canada et dont l’accès aux soins est réduit pendant la pandémie.

Même si ces recommandations peuvent soutenir la planification de la poursuite des services de dépistage pendant la pandémie de COVID-19 et faire progresser les efforts visant à en améliorer l’accès pour les populations mal desservies, il reste encore du travail à faire. En s’appuyant sur les recommandations énoncées dans ce document d’orientation sur la gestion des services de dépistage du cancer, on renforcera la capacité à répondre aux défis et aux possibilités que la pandémie représente pour le système de soins de santé, on facilitera la mise en œuvre d’interventions ciblées et créées conjointement pour atteindre les personnes qui en ont le plus besoin, et on améliorera l’accès au dépistage et la santé de toutes les personnes vivant au Canada.

Document à télécharger