Dépistage du cancer du col de l’utérus au Canada : 2021-2022

Accélérer les innovations pour renforcer la résilience en matière de dépistage du cancer pendant la COVID-19

La pandémie de COVID-19 a obligé les provinces et les territoires à repenser la façon dont les services de dépistage du cancer pouvaient être organisés de manière à se montrer réactifs et résilients par rapport à d’éventuelles futures vagues pandémiques et à d’autres interruptions, et à offrir un accès équitable aux services de dépistage, et ce, tout en respectant les mesures requises en matière de santé et de sécurité. Afin de faciliter l’atteinte de cet objectif, le Partenariat a mis, en 2021, des fonds à la disposition des territoires de compétence à l’appui de leur réponse à la pandémie. Les projets menés dans ce cadre devaient avoir été conçus autour d’activités bien précises et être achevés dans un délai d’un à deux ans. Ces projets contribueront à une adoption plus rapide d’innovations fondées sur des données probantes, augmentant ainsi la résilience des services de dépistage.

Sept provinces ont participé au volet sur le dépistage du cancer du col de l’utérus de l’initiative Accélérer les innovations pour renforcer la résilience en matière de dépistage du cancer pendant la COVID-19.

British Columbia icon

Colombie-Britannique

Le programme met actuellement en place l’infrastructure nécessaire pour envoyer par la poste, directement aux patientes, des trousses de dépistage du cancer du col de l’utérus et pour intégrer les résultats des tests de détection du VPH dans le système informatique.

Saskatchewan icon

Saskatchewan

Le programme travaille actuellement à la révision de ses lignes directrices en matière de dépistage du cancer du col de l’utérus, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre de la cytologie en milieu liquide et des tests réflexes de détection du VPH. Ce projet a nécessité la collaboration de parties prenantes internes et externes, ainsi que de groupes et de collectivités mal desservis, en vue de déterminer une démarche orientée vers l’équité permettant de faire progresser l’utilisation du test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire. Afin de faire passer des messages essentiels sur la prévention du cancer du col de l’utérus, on a élaboré et mis en œuvre une stratégie d’application des connaissances.

Voici les priorités clés du projet :

  • élaborer et mettre en œuvre des lignes directrices en matière de dépistage mises à jour;
  • mobiliser les cliniciens;
  • mieux faire connaître les lignes directrices et assurer la formation en la matière;
  • améliorer l’état de préparation à la mise en œuvre de la cytologie en milieu liquide des laboratoires provinciaux;
  • accroître la mobilisation des populations faisant l’objet d’un dépistage insuffisant : personnes vivant dans des régions rurales et éloignées; nouvelles immigrantes; Autochtones et personnes LGBTQ2S+.

Manitoba icon

Manitoba

Avec comme objectif d’améliorer l’équité, l’accès et la planification en matière de dépistage du cancer du col de l’utérus, le projet étudie la mise en œuvre de différentes options si le programme devait passer au test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire. Il comparera l’efficacité des stratégies d’abstention et d’adhésion, afin de déterminer la durabilité et les coûts futurs de l’autoprélèvement intégré. Ces résultats permettront d’éclairer la conception de la mise en œuvre, par le programme, de l’autoprélèvement sur le long terme. Les femmes n’ayant jamais subi de dépistage ou ayant subi un dépistage insuffisant seront invitées à participer au programme, afin de tenter d’atteindre une population qui consulte très irrégulièrement et reçoit peu de services en santé.

Voici les priorités clés du projet :

  • favoriser une participation équitable au sein des groupes mal desservis;
  • réduire les interactions avec les FSP;
  • adopter des pratiques basées sur des données probantes en matière de dépistage et de suivi.

New Brunswick icon

Nouveau-Brunswick

Le projet du programme évalue la faisabilité de l’introduction de l’autoprélèvement pour le test de détection du VPH et fournit des recommandations clés en la matière. Il s’agit de cartographier les processus, d’examiner et de mettre à jour les lignes directrices en matière de pratiques cliniques, de définir les exigences concernant l’infrastructure informatique, d’examiner et de mettre à jour les stratégies de communication et de sensibilisation et de cerner les ressources budgétaires et humaines requises à l’appui de la mise en œuvre de l’autoprélèvement pour le test de détection du VPH.

Nova Scotia icon

Nouvelle-Écosse

Le programme adopte une approche graduelle de la transition à l’utilisation du test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire du cancer du col de l’utérus. Le secteur des soins primaires, très largement sollicité, subit encore des pressions accrues depuis les débuts de la pandémie de COVID-19. Le programme cherche à alléger ce fardeau, en adoptant une démarche d’orientation des patientes tout au long du parcours de dépistage, plus particulièrement par le biais de la mise en place d’un système, géré de manière centralisée, fournissant systématiquement les résultats et recommandant les étapes suivantes.

Cette approche collaborative de l’orientation des femmes en matière de dépistage du cancer du col de l’utérus soulagera les fournisseurs de soins de santé (FSS) de la responsabilité exclusive de l’interprétation des résultats et améliorera le filet de sécurité existant protégeant les patientes. Une évaluation des facteurs relatifs à la vie privée sera mise en œuvre et des modifications seront apportées à l’infrastructure informatique, afin de permettre la communication directe des résultats de dépistage aux patientes et aux FSS.

Prince Edward Island icon

Île-du-Prince-Édouard

Le programme a lancé une initiative de construction de l’infrastructure nécessaire à la mise en œuvre, à l’échelle du programme, de l’utilisation du test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire du cancer du col de l’utérus, ainsi que du triage par cytologie en milieu liquide, l’accent étant mis sur l’autoprélèvement. Une fois mise en œuvre, l’utilisation du test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire, accompagnée d’une option d’autoprélèvement, deviendra la norme de soins dans toute la province.

Newfoundland and Labrador icon

Terre-Neuve-et-Labrador

Le projet du programme vise à élaborer un plan d’affaires et opérationnel, à l’appui de la transition de la cytologie en milieu liquide à l’utilisation du test de détection du VPH à des fins de dépistage primaire du cancer du col de l’utérus. Les lignes directrices en matière de pratiques cliniques seront également mises à jour et des initiatives de sensibilisation et de formation seront élaborées à l’intention des FSS et du grand public.

Précédent : Résumé
Suivant : Programmes