La voie du rétablissement : le cancer à l’ère de la COVID-19

Tirer parti du potentiel des technologies numériques

Explorer les actions nécessaires pour tirer parti du potentiel des technologies numériques :

  1. Réaliser la promesse des soins virtuels
  2. Maximiser l’utilisation des données pour répondre aux questions clés
  3. Collecter des données raciales et socioéconomiques
  4. Soutenir les recherches et les systèmes de données régis par les Premières Nations, les Inuits ou les Métis

1. Réaliser la promesse des soins virtuels

Le remplacement des visites en clinique par des soins virtuels et des solutions de santé numériques (telles que des applications et des portails), le cas échéant, peut faciliter la participation des patients à la gestion et au suivi de leur santé, en particulier pour les personnes vivant dans des collectivités rurales/éloignées ou les personnes réticentes à se déplacer pendant la pandémie. Les soins virtuels ralentissent également la propagation des infections secondaires (telles que la COVID-19) en maintenant les patients atteints de cancer hors des zones à haut risque telles que les salles d’attente. Au fur et à mesure que les soins virtuels se développent, des travaux supplémentaires seront nécessaires pour déterminer quels types de consultations sont les mieux adaptés aux soins virtuels et comment les technologies numériques peuvent être intégrées le plus efficacement possible dans le déroulement du travail clinique. Des règles et des normes seront également nécessaires pour aider les prestataires de soins de santé à faire les meilleurs choix lors de l’adoption de nouvelles technologies numériques,

Solutions de partout au Canada :

  • Les soins virtuels dans la pratique courante : Cancer Care Alberta a rapidement adopté les soins virtuels au cours des premiers mois de la pandémie, et en a fait une partie intégrante des soins pour tous les patients atteints de cancer au sein de l’organisation. L’élaboration d’une stratégie virtuelle à grande échelle est en cours.
  • Consultations virtuelles aux urgences : Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario a effectué des consultations virtuelles au service des urgences au début de la pandémie, afin que les gens puissent accéder aux soins en toute sécurité et que le personnel qui avait dû s’isoler en raison de la COVID-19 puisse continuer à apporter sa contribution.

2. Maximiser l’utilisation des données pour répondre aux questions clés

En mesurant et en comparant les résultats, les organisations de soins contre le cancer et les territoires de compétence peuvent établir une base pour définir et mettre en commun les pratiques efficaces. Pour être plus efficaces, les données utilisées pour cette analyse comparative doivent être rapportées et collectées à l’échelle pancanadienne, plutôt qu’à celle des territoires de compétence comme c’est le cas actuellement. (Cela dit, les territoires de compétence doivent également avoir accès aux données pour prévoir les temps d’attente et améliorer l’accès aux soins). Parallèlement, les nouvelles capacités d’analyse des données permettent d’établir des projections très précises et inédites à l’appui d’une planification plus précise.

Solutions de partout au Canada :

  • Tableaux de bord de données en temps réel : L’Alberta n’est qu’un des nombreux territoires de compétence qui ont mis au point des stratégies de surveillance liées aux données, y compris un tableau de bord en temps réel pour évaluer les répercussions de la pandémie. Grâce à ce tableau de bord, la province peut surveiller les niveaux d’enregistrement des cas de cancer, signaler les tests COVID-19 positifs pour les patients atteints de cancer et évaluer les répercussions de la COVID-19 sur les survivants et les patients en traitement actif.

3. Collecter des données raciales et socioéconomiques

La pandémie a touché le plus durement les collectivités qui ont été mal desservies, mais les données désagrégées sur les répercussions précises sur leur santé et leur bien-être, y compris la prévention et les soins du cancer, sont rares. Il est urgent de collecter des données sur les facteurs qui influent sur la santé et les soins de santé, y compris des données fondées sur la race et des données socioéconomiques, qui peuvent éclairer la réponse à la pandémie et les efforts de rétablissement axés sur l’équité en matière de santé – pour garantir que l’aide est fournie à ceux qui en ont le plus besoin.

Solutions de partout au Canada :

4. Soutenir les recherches et les systèmes de données régis par les Premières Nations, les Inuits ou les Métis

La pandémie a également mis en évidence la nécessité d’améliorer l’exhaustivité, la disponibilité et l’actualité des données se rapportant aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis, y compris les données sur les répercussions de la COVID-19 sur leur parcours de lutte contre le cancer[1]. Cela nécessitera un financement durable pour soutenir la capacité et l’infrastructure de gouvernance des données liées aux Autochtones, ainsi que des partenariats plus étroits entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, les consignataires de données et les gouvernements, organisations et collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Ces efforts soutiendront l’autodétermination et garantiront que les Premières Nations, les Inuits et les Métis disposent des données dont ils ont besoin pour réagir à la pandémie et améliorer leur santé et leur bien-être.

Solutions de partout au Canada :

  • Gouvernance des données : Le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations (CGIPN) a élaboré une stratégie de gouvernance des données des Premières Nations qui fournit des recommandations pour atteindre la souveraineté des données et s’aligne sur les visions du monde distinctes des Premières Nations. Grâce à un financement du gouvernement fédéral, le CGIPN travaille avec les Premières Nations pour mettre en place des équipes de champions des données à l’échelle régionale et nationale afin de répondre aux besoins prioritaires en matière de données des Premières Nations, par elles et pour elles.
  • Partage des données : La Métis Nation of Saskatchewan (MN-S) et la Saskatchewan Cancer Agency (SCA) ont signé un accord de partage des données en 2021 et, avec leurs partenaires (l’Université de la Saskatchewan et le Partenariat canadien contre le cancer), ont mis au point une initiative de surveillance du cancer pour les Métis. Les renseignements sur les citoyens de la MN-S seront liés aux profils des patients et des clients dans les bases de données du registre du cancer et des programmes de dépistage de la SCA, créant ainsi les bases d’une surveillance continue du cancer pour les populations métisses de la Saskatchewan et soutenant la création de programmes et de services ciblés.
  • Collecte de données : La Qanuippitaa? National Inuit Health Survey a été élaborée par des Inuits de l’ensemble de l’Inuit Nunangat, avec le soutien de l’Inuit Tapiriit Kanatami, afin de garantir que les données recueillies reflètent la vie des Inuits et qu’elles peuvent être utilisées pour orienter les changements à court et à long terme qui amélioreront la santé et le bien-être des Inuits.

Partagez vos solutions

Votre organisation met-elle en place des pratiques innovantes pour résoudre la pénurie de ressources humaines dans le secteur de la santé, se préparer à la recrudescence des cas de cancer ou exploiter le potentiel des technologies numériques?

Communiquez avec nous pour soumettre votre projet en vue de son inclusion future dans ce produit numérique.

  1. Centre de collaboration nationale de la santé autochtone. (2021). Collecte de données sur les cas de COVID-19 dans les populations et les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Disponible à l’adresse : https://www.ccnsa.ca/fr/publicationsview.aspx?sortcode=1.8.21.0&id=326.