Dépistage du cancer colorectal au Canada : 2021-2022

Dépistage chez les personnes présentant un risque accru

Les personnes exposées à un risque accru présentent certains facteurs qui leur font courir un risque plus important de contracter un cancer colorectal, de contracter un cancer colorectal plus agressif ou de contracter un cancer colorectal à un plus jeune âge. Chez les personnes présentant un risque accru, le dépistage peut être différent de chez celles présentant un risque moyen et se déroule fréquemment en dehors des programmes de dépistage organisé.

Bon nombre de provinces et de territoires définissent des facteurs précis qu’ils prennent en considération pour classer une personne comme présentant un risque accru de cancer colorectal. Le fait d’avoir un membre de la famille au premier degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal constitue le facteur de risque le plus fréquemment utilisé. Certaines provinces et certains territoires précisent que ce membre de la famille au premier degré doit être âgé de moins de 60 ans, alors que dans d’autres, il peut avoir n’importe quel âge.

Définitions d’un risque accru de cancer colorectal

Province ou territoire Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de : Au moins deux membres de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de : Deux membres de la famille au 2e degré ayant reçu un diagnostic de : Des antécédents personnels de :
 Yn Cancer colorectal *, Polypes adénomateux * Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
T.N.‑O. Cancer colorectal * Cancer colorectal Cancer colorectal, Polypes adénomateux
Nt Cancer colorectal * Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
C.‑B. Cancer colorectal * Cancer colorectal
Alb. Cancer colorectal *, Polypes adénomateux * Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
Sask. Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
Man. Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux   Cancer colorectal, Polypes adénomateux
Ont.^ Cancer colorectal Cancer colorectal
Qc~ Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
N.‑B. Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
N.‑É. Cancer colorectal*, Polypes adénomateux * Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
Î.‑P.‑É. Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux Cancer colorectal, Polypes adénomateux
T.‑N.‑L. Cancer colorectal * Cancer colorectal Cancer colorectal Cancer colorectal, Polypes adénomateux

Yn, T.N.-O, Nt, C.-B., Alb., N. É.~, T.-N.-L:* À 60 ans ou moins
Ont.: ^ Les critères de définition d’un risque accru de cancer colorectal sont en cours d’examen en Ontario.
Qc: ~ Au Québec, on prend en considération les facteurs suivants : un membre de la famille au 2e ou au 3e degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal ou de polypes adénomateux; un membre de la famille au 1er degré et un membre de la famille au 2e degré, dans la même branche familiale, ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal, peu importe l’âge. On doit également prendre en compte un accroissement léger ou modéré du risque. Les algorithmes de suivi et de prise en charge basés sur le risque et de suivi clinique en fonction de la pathologie sont en cours de révision..
Qc : ** Les algorithmes de suivi et de prise en charge basés sur le risque et de suivi clinique selon la pathologie sont en cours de révision. Ces algorithmes sont consultables à partir du lien suivant : https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/documents/pqdccr/normes_cliniques_mars_2012.pdf
N. É.: ‡ Les critères permettant de définir un risque accru de contracter un cancer colorectal sont en cours d’examen en Nouvelle-Écosse.


Recommandations de dépistage pour les personnes présentant un risque accru de cancer colorectal

Les provinces et les territoires peuvent, en dehors de leur programme de dépistage à l’échelle de l’ensemble de la population, recommander des protocoles particuliers de dépistage et des mesures de suivi ciblant les personnes présentant un risque accru. L’Association canadienne de gastroentérologie (ACG) a publié des lignes directrices pour le dépistage chez les personnes présentant un risque accru.

La plupart des provinces et des territoires recommandent le dépistage par coloscopie, tous les cinq ou dix ans, des personnes présentant un risque accru, à compter de 40 ans ou dix ans avant qu’elles n’atteignent l’âge auquel le membre de leur famille le plus jeune a reçu un diagnostic de cancer colorectal. Dans certains cas, la recommandation est que le processus de dépistage soit identique pour les personnes présentant un risque accru et pour celles présentant un risque moyen, les premières commençant toutefois le dépistage à l’âge de 40 ans. D’autres provinces suivent les recommandations énoncées dans les lignes directrices de l’ACG pour le dépistage chez les personnes présentant un risque accru.

Recommandations pour les personnes présentant un risque accru de cancer colorectal

Province ou territoire Recommandations de dépistage pour la population présentant un risque accru Recommandations de suivi après une coloscopie normale
Yn ·    Dépistage par coloscopie
·    Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal ou de polypes adénomateux à 60 ans ou moins, ou au moins deux membres de la famille au 1er degré ayant reçu un tel diagnostic, sans égard à l’âge. Orientation à l’âge de 40 ans ou 10 ans avant l’âge auquel le cas de référence a reçu son diagnostic, selon la première de ces deux éventualités. Un TFi n’est pas recommandé.
·    Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal à plus de 60 ans : dépistage par TFi tous les 2 ans, à compter de 50 ans
·        Coloscopie après 5 ans ou selon les directives du spécialiste
T.N.‑O. ·        Dépistage par coloscopie à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que le plus jeune âge auquel un membre de la famille a reçu son diagnostic ·        Coloscopie après 5 à 10 ans
Nt ·        Dépistage par coloscopie, en fonction du résultat ·        Varie selon le type de polypes
C.‑B. ·        Antécédents familiaux importants de cancer colorectal ou antécédents personnels d’adénome à faible risque : dépistage par coloscopie tous les 5 ans
·        Antécédents personnels d’adénome à haut risque lors de la dernière coloscopie : dépistage par coloscopie après 3 ans
·        Coloscopie après 5 ans
Alb. ·        Dépistage par coloscopie ·        Suivi après 5 à 10 ans
·        En cas d’antécédents de cancer colorectal, surveillance un an après la chirurgie. Trois coloscopies normales sont requises pour revenir à un intervalle de 5 ans.
Sask. ·        Membre de la famille au premier degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal : dépistage par coloscopie à partir de 40 ans ou 10 ans avant l’âge auquel le plus jeune membre de la famille a reçu son diagnostic
·        Membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic à 60 ans ou plus : dépistage par TFi à partir de 40 ans
·        Recommandations, à la discrétion de l’endoscopiste et du participant, suivies par le FSP (conformément aux lignes directrices de l’ACG)
Man. ·        Dépistage par coloscopie ·        Dépistage par coloscopie tous les 5 à 10 ans, à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que le plus jeune âge auquel un membre de la famille a reçu son diagnostic
Ont.* ·        ContrôleCancerColorectal recommande que les personnes qui ne présentent aucun symptôme et qui courent un risque accru de contracter un cancer colorectal subissent un dépistage par coloscopie. Une personne présentant un risque accru devrait commencer le dépistage à 50 ans ou 10 ans plus tôt que l’âge auquel le membre de la famille a reçu son diagnostic de cancer colorectal, selon la première de ces deux éventualités. ·        Les personnes dont un parent au premier degré a reçu un diagnostic de cancer colorectal, avant l’âge de 60 ans, devraient subir un nouveau dépistage, après une coloscopie normale, 5 ans après.
·        Les personnes dont un parent au premier degré a reçu un diagnostic de cancer colorectal, à 60 ans ou plus, devraient subir un nouveau dépistage, après une coloscopie normale, 10 ans après.
Qc^ ·        Risque légèrement accru : dépistage par TFi à partir de 40 ans
·        Risque modérément accru : dépistage par coloscopie tous les 5 ans à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que le plus jeune âge auquel un membre de la famille a reçu son diagnostic
·        Risque légèrement accru : TFi après 10 ans
·        Risque modérément accru : coloscopie tous les 5 ans
N.‑B. 1.  Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal ou de polypes adénomateux à moins de 60 ans, ou au moins deux membres de la famille au 1er degré ayant reçu un tel diagnostic, quel que soit l’âge : dépistage par coloscopie à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que le plus jeune âge auquel un membre de la famille a reçu son diagnostic
2.  Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal ou de polypes adénomateux à plus de 60 ans, ou au moins deux membres de la famille au 2e degré ayant reçu un tel diagnostic à plus de 60 ans : dépistage par RSOS à partir de 40 ans et/ou orientation vers un spécialiste
·    Coloscopie tous les 5 ans
N.‑É. ·        Un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal à 60 ans ou moins : coloscopie à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que l’âge auquel le membre de la famille au 1er degré a reçu son diagnostic
·        Au moins deux membres de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal : coloscopie à partir de 40 ans ou 10 ans plus tôt que l’âge auquel le membre de la famille au 1er degré a reçu son diagnostic
·        Coloscopie après 5 ans
Î.‑P.‑É. ·        Pour une personne de 40 ans ou plus ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal ou d’adénomes chez un parent, un frère ou une sœur ou un enfant, la recommandation de dépistage est une coloscopie tous les 5 ans.
·        Pour une personne de moins de 40 ans ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal ou d’adénomes chez un parent, un frère ou une sœur ou un enfant, la recommandation de dépistage est une coloscopie tous les 5 ans, à compter d’un âge antérieur de 10 ans à celui auquel le ou la membre de sa famille a reçu son diagnostic.
·        On suit les directives de l’ACG pour les autres risques accrus, tels que les pathologies génétiques avec une prédisposition au cancer colorectal, les antécédents personnels de cancer colorectal ou d’adénomes, les maladies inflammatoires de l’intestin ou les symptômes du cancer colorectal.
·        Le risque accru est géré par recommandation du FSP, à sa discrétion. Les aiguillages sont coordonnés par le FSP et non par le programme.
·        Recommandations à la discrétion de l’endoscopiste, conformément aux lignes directrices de l’ACG
T.‑N.‑L. ·        Dépistage par coloscopie ·        Suivi par coloscopie

Ont. : * Les recommandations en matière de dépistage pour les personnes présentant un risque accru de cancer colorectal sont en cours d’examen en Ontario.
Qc : ^ Les algorithmes de suivi et de prise en charge basés sur le risque et de suivi clinique selon la pathologie sont en cours de révision. Ces algorithmes sont consultables à partir du lien suivant : https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/documents/pqdccr/normes_cliniques_mars_2012.pdf.


Au Yukon, en Alberta et en Nouvelle-Écosse, on envisage de mettre en place un dépistage par test des selles (test fécal), plutôt que par coloscopie pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal. À l’heure actuelle, aucune autre province ni aucun autre territoire n’envisage ce changement.

Plans visant à mettre en place un dépistage par test fécal, plutôt que par coloscopie, pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal

Province ou territoire Plans visant à mettre en place un dépistage par test fécal, plutôt que par coloscopie, pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal
Yn TFi offert aux personnes ayant un membre de la famille au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal à plus de 60 ans
On n’envisage pas actuellement d’utiliser le TFi pour les personnes ayant des antécédents familiaux plus importants.
T.N.‑O. Aucun plan à l’heure actuelle
Nt Aucun plan à l’heure actuelle
C.‑B. TFi offert aux personnes ayant un membre de la famille au 1er degré atteint d’un cancer colorectal diagnostiqué à plus de 60 ans.
On n’envisage pas actuellement d’utiliser le TFi pour les personnes ayant des antécédents familiaux plus importants.
Alb. À l’étude, en l’attente des nouvelles lignes directrices de l’AGC et de l’Alberta
Sask. Les lignes directrices de dépistage de la Saskatchewan indiquent que les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal doivent se soumettre à une coloscopie de suivi, mais le programme de dépistage de la Saskatchewan invite tous les participants potentiels, appartenant à la population couverte, âgés de 50 ans à 74 ans, quels que soient leurs antécédents familiaux, en leur envoyant un TFi par la poste. Par conséquent, une personne ayant des antécédents familiaux recevra un TFi, sauf si elle déclare, d’elle-même, ses antécédents familiaux et quitte le programme, ou si le coloscopiste recommande au programme de dépistage que cette personne demeure sous surveillance par coloscopie.
Man. Aucun plan à l’heure actuelle
Ont. Aucun plan à l’heure actuelle*
Qc Aucun plan à l’heure actuelle
N.‑B. Aucun plan à l’heure actuelle
N.‑É. Parent au 1er degré ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal à plus de 60 ans; dépistage par TFi à 50 ans chez les personnes présentant un risque moyen
Î.‑P.‑É. Aucun plan à l’heure actuelle
T.‑N.‑L. Aucun plan à l’heure actuelle

Ont. : * Cela pourrait changer, étant donné que la définition du risque accru et les recommandations de dépistage pour les personnes présentant un risque accru de cancer colorectal sont en cours d’examen en Ontario.