Éliminer les obstacles aux soins chirurgicaux du cancer pour les populations vulnérables et mal desservies

La prestation, dans les délais requis, de meilleurs services et de soins plus performants aux populations mal desservies fait partie intégrante de l’amélioration de l’accès aux soins. Un tel objectif nécessite de savoir quelles sont les populations vulnérables et mal desservies, et de fournir des soins culturellement appropriés. Des soins chirurgicaux respectueux et adaptés permettront de répondre aux besoins des populations vulnérables et mal desservies et atténueront les variations régionales, au Canada, en matière de soins du cancer et de résultats obtenus.

Appels à l’action pour améliorer la chirurgie du cancer

Le Canadian Network of Surgical Associations for Cancer Care (CANSACC) est convaincu qu’une amélioration de l’accès aux soins requiert que l’on mette un accent particulier sur les populations mal desservies. Dans ce cadre, les appels à l’action suivants nécessitent un soutien actif du Partenariat et des autres intervenants :

  • Nous appelons les programmes de lutte contre le cancer à établir un partenariat avec les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé et avec les organisations responsables des fournisseurs de soins de santé (par exemple, le Collège des médecins de famille du Canada), afin d’élaborer une stratégie visant à éliminer les obstacles à des soins chirurgicaux de grande qualité contre le cancer, prodigués dans les délais requis aux membres des populations vulnérables et mal desservies.
  • Nous appelons les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé et les programmes de lutte contre le cancer à collaborer avec le Partenariat et avec l’Institut canadien d’information sur la santé, en vue de recenser les patients vulnérables présentant un risque de résultats négatifs, ainsi qu’à continuer d’élaborer et d’adopter des parcours de soins chirurgicaux appropriés et à en surveiller le respect.
  • Nous appelons les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé à financer et à appuyer des programmes de diagnostic rapide, dotés de parcours et d’échéanciers transparents, afin de minimiser les retards au niveau des interventions chirurgicales dus à la durée des investigations diagnostiques propres au cancer et d’atténuer la variabilité des soins.
  • Nous appelons le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) à améliorer plus encore la formation, afin de maintenir la certification des chirurgiens, avec pour objectif la prestation de soins équitables et culturellement appropriés.
  • Nous appelons les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé à collaborer avec la Société de la médecine rurale du Canada, en vue d’offrir la formation requise pour répondre aux exigences de la prestation de soins en milieu rural, et d’appuyer le Plan d’action pour la médecine rurale, lequel offre le cadre nécessaire à une approche pancanadienne de la planification des soins de santé en milieu rural. L’objectif est de développer les capacités, d’appuyer la main-d’œuvre médicale en lui permettant d’acquérir les compétences et les aptitudes nécessaires à l’offre de soins de grande qualité et adaptés à la culture, de renforcer les réseaux de soins, et de s’assurer que les mécanismes de soutien adéquats sont en place pour fournir des soins plus près du domicile.