Amélioration des TRA : examen par les pairs et mentorat

Soutenir et encadrer d’autres radiologistes, en vue d’améliorer les taux de rappel pour anomalie

icône examen par les pairs et mentoratL’examen par les pairs et le mentorat permettent à des radiologistes d’examiner ensemble les mammographies qu’ils ont interprétées, d’en discuter, et de commenter leur rendement individuel. Une telle approche aide chaque radiologiste à prendre conscience de ses atouts, des difficultés auxquelles il fait face et des domaines dans lesquels il pourrait s’améliorer par le biais d’activités de formations, officielles ou non.

L’examen par les pairs et le mentorat dans la pratique

On utilise, dans le monde entier, l’examen par les pairs et le mentorat en vue de réduire les taux de rappel pour anomalie (TRA). Dans un programme australien, des pairs vérifient l’activité des radiologistes tous les quatre ans, après quoi ils sont classés dans quatre catégories allant de 1 à 4. Au niveau 1, les radiologistes sont considérés comme des « champions » cliniques et agissent en tant que mentors pour aider les autres à améliorer leur rendement.

Dans la plupart des régions du Canada, il existe une certaine forme d’examen par les pairs; toutefois, aucun modèle standardisé n’est utilisé d’un océan à l’autre. Par exemple, dans le cadre d’un programme, les radiologistes et les technologues en mammographie examinent, conjointement, tous les cas de cancer tous les trois mois, tandis que, dans le cadre d’un autre programme, les praticiens tiennent des réunions mensuelles d’assurance de la qualité. Certaines organisations utilisent plusieurs stratégies, telles que l’examen de 15 cas positifs chaque trimestre et la transmission, à tous les radiologistes, des listes de cas d’invitation à un nouveau rendez-vous de suivi, accompagnées de commentaires.

Mise en œuvre concrète

Les programmes de dépistage organisé du cancer du sein mettront plus facilement en œuvre l’examen par les pairs et le mentorat en adoptant les mesures suivantes :

  1. Réunion conjointe du personnel de dépistage et de diagnostic, sur une base mensuelle, trimestrielle ou annuelle, pour examiner tous les cas d’invitation à un nouveau rendez-vous de suivi
  2. Examens portant plus particulièrement sur les cas de faux positifs
  3. Adaptation de la fréquence des examens en fonction du rendement; s’il est bon, les examens seront effectués sur une base annuelle; si les TRA ont tendance à augmenter, des réunions seront organisées trimestriellement, voire mensuellement

Clés du succès

  • Groupe pancanadien pour promouvoir et défendre cette initiative
  • Environnements exempts de menaces au sein desquels règne un esprit de collaboration
  • Discussions de groupe
  • Préservation, autant que faire se peut, de l’anonymat dans le cadre des examens de cas
  • Comité consultatif médical et responsable du dépistage sur chaque site
  • Participation de tous les technologues, ainsi que du personnel de dépistage et de diagnostic

Défis à surmonter

  • Réflexion de groupe
  • Temps et ressources nécessaires pour planifier et organiser les réunions et y assister

Approches supplémentaires pour améliorer les taux de rappel pour anomalie dans le dépistage du cancer du sein par mammographie

Apprenez-en davantage sur la formation, les fiches de rendement normalisées, le nombre minimal d’interprétations, l’interprétation par lots et la double interprétation.