Vivre normalement à l’adolescence en ayant un cancer (l’histoire de Nicole)

Dans cette vidéo, Nicole parle du diagnostic de lymphome non hodgkinien qu’elle a reçu à l’âge de 16 ans et de la façon dont elle a fait face au cancer alors qu’elle était adolescente

Écoutez Nicole évoquer son expérience quant au fait de tenter de retrouver une certaine normalité dans sa vie d’adolescente, tout en subissant des chimiothérapies et des radiothérapies, après avoir reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien alors qu’elle était âgée de 16 ans. Nicole explique l’intensité du traumatisme qu’a été, pour elle, la perte de ses cheveux.

Elle suggère également un certain nombre de pistes pour faire face à un cancer à l’adolescence. Aujourd’hui, lorsqu’elle rencontre des difficultés, elle se souvient de ces longs mois durant lesquels elle s’est battue avec la maladie. Elle se répète alors à elle‑même qu’après une telle expérience, elle est capable de tout surmonter.

Nicole a 20 ans et étudie la mode à l’Université de Toronto. Elle vit, pour la première fois, loin de chez elle à Eganville, en Ontario.

Le médecin m’avait dit qu’entre tous les cancers, celui‑là était le “mieux”. C’était celui que l’on pouvait soigner le plus facilement. Je suppose qu’il m’avait dit ça pour que je supporte mieux le choc. Mais un cancer, quel qu’il soit, reste est un cancer et fait des ravages.

Quand je perdais mes cheveux, les gens disaient « tu sais, ce ne sont que des cheveux, ils vont repousser ». Mais, tant que l’on n’a pas vécu soi-même une telle expérience, on ne peut pas véritablement comprendre à quel point cela peut être difficile.

Regardez la vidéo de Nicole évoquant sa lutte contre le cancer à l’adolescence (en anglais seulement)

Le Partenariat canadien contre le cancer collabore avec des partenaires pour faire en sorte que les adolescents et les jeunes adultes (AJA) vivant avec un cancer, ou ayant survécu à un cancer contracté alors qu’ils étaient enfants, adolescents ou jeunes adultes, obtiennent de meilleurs résultats et bénéficient d’une plus grande qualité de vie. Il s’agit de fournir un accès rapide et égal pour tous aux meilleurs soins, pendant et après le traitement d’un cancer. Afin d’améliorer les résultats cliniques et la qualité de vie et d’éliminer les disparités actuelles en matière de traitement du cancer chez les AJA, les soins concernés devraient être centrés sur l’éducation et la recherche.

Document à télécharger 

Nicole - Transcription de l’entrevue

Taille du fichier 143 KB | 3 pages