Perceptions du public sur la question de l’exposition aux rayonnements UV solaires et artificiels et le cancer

Accédez aux données d’enquête sur les perceptions des Canadiens au sujet de l’exposition aux rayonnements ultraviolets solaires et artificiels et du risque de cancer

Accédez aux données d’enquête sur les perceptions des Canadiens au sujet de l’exposition aux rayonnements ultraviolets solaires et artificiels et du risque de cancer

Dans cette ressource sur les politiques en matière de rayonnements UV

Comment le public perçoit-il cet enjeu?

Le cancer de la peau est l’une des principales préoccupations des Canadiens lorsqu’ils s’exposent au soleil et la majorité convient qu’une protection contre le soleil est importante.

  • Une enquête conduite par l’Association canadienne de dermatologie en 2017 chez les Canadiens âgés de plus de 16 ans portant sur la sensibilisation1 à l’exposition au soleil a indiqué que :
    • les coups de soleil (62 %) et un risque accru de cancer de la peau (61 %) sont les principales préoccupations des Canadiens lorsqu’ils s’exposent au soleil
    • 33 % des Canadiens indiquent que le fait d’avoir un bronzage est important pour eux
    • 49 % des Canadiens conviennent qu’un joli bronzage donne l’impression que vous êtes en bonne santé
    • 24 % des Canadiens sont d’accord pour dire que les dangers reliés à l’exposition au soleil sont exagérés
    • 65 % des Canadiens aiment s’exposer au soleil en dépit des risques
    • 93 % des Canadiens conviennent qu’il est essentiel de protéger leur peau contre le soleil

Il existe peu de données à l’échelle nationale en lien avec la perception du public quant à l’exposition aux rayonnements UV artificiels et au cancer.

  • Une enquête effectuée auprèsd’adolescents de l’Ontario de la septième à la douzième année dans l’année suivant la mise en œuvre de la Loi sur la prévention du cancer de la peau de l’Ontario (2014)2 a indiqué que :
    • Parmi les adolescents interrogés (tant ceux utilisant les lits de bronzage que ceux ne les utilisant pas), 16 % estimaient que l’utilisation d’appareils de bronzage était plus sécuritaire que le fait d’obtenir un bronzage en s’exposant au soleil et 15 % croyaient que le bronzage n’était pas nuisible à leur santé.
      • Parmi ceux qui ont utilisé les appareils de bronzage, 37 % pensaient que l’utilisation d’un lit/lampe de bronzage posait moins de risques que le fait d’obtenir un bronzage en s’exposant au soleil (augmentation de 34 % au moment de la mise en œuvre) et 35 % estimaient que l’utilisation de ces appareils n’était pas nocive pour leur santé.
      • Même parmi ceux qui ont utilisé les appareils de bronzage, la majorité d’entre eux était au courant des risques pour leur santé, mais continuait de les utiliser.

Il existe peu de données à l’échelle nationale en lien avec la perception des travailleurs en plein air quant à l’exposition aux rayonnements UV solaires et artificiels et au cancer.

  • Une enquête nationale conduite en 1996 sur l’exposition au soleil et les comportements protecteurs a indiqué que 34 % des travailleurs en plein air sont peu préoccupés par l’exposition au soleil3.

Références

1 Association canadienne de dermatologie. (2017). Sun Awareness Survey. Disponible à l’adresse : https://dermatology.ca/wp-content/uploads/2018/05/CDA-Sun-Awareness-Survey-2017.pdf.

2 Ontario Sun Safety Working Group. (2017). An Assessment of the first year of a ban on tanning bed and lamps among adolescents in Ontario, Canada. Disponible à l’adresse : https://docs.wixstatic.com/ugd/e70f30_fbf44b15e44248ed91f533651dd52be2.pdf.

3 Shoveller, J. A., Lovato, C.Y., Peters, L., Rivers, J.K. (2000). A Canadian national survey on sun exposure & protective behaviours: Outdoor workers. Canadian Journal of Public Health, 91(1). Disponible à l’adresse : https://www.researchgate.net/publication/12550125_Canadian_National_Survey_on_Sun_Exposure_Protective_Behaviours_Outdoor_workers.