Parcours de dépistage par test de détection du VPH et de suivi

Ressources pour les FSP et les colposcopistes

Communiquer avec les participantes

Informations sur le VPHRecommandation : Élaborer des ressources pour aider les FSP et les colposcopistes à communiquer les protocoles de triage et de suivi aux participantes ayant obtenu un résultat positif à un test de détection du VPH, et à en discuter avec elles.

Principales données probantes et considérations relatives à la mise en œuvre :

  • Il est particulièrement important de veiller à ce que les participantes ayant eu recours à l’autoprélèvement connaissent les protocoles de triage et de suivi, sachant qu’il est possible qu’elles n’aient jamais consulté de FSP auparavant. L’absence d’un parcours clair permettant aux participantes d’accéder à des soins de suivi pourrait avoir des effets néfastes.
  • S’il est vrai que ce sont les FSP qui assument la responsabilité du triage, il n’en demeure pas moins que les colposcopistes auront également besoin de soutien pour communiquer les protocoles de suivi à leurs patientes et faire face à d’éventuelles manifestations d’anxiété.
  • La documentation destinée aux FSP et aux colposcopistes devrait inclure des conseils sur la manière de communiquer avec les participantes ayant obtenu un résultat positif à un test de détection du VPH, notamment des renseignements sur ce à quoi elles pourraient s’attendre au cours du processus de triage et de suivi. Il conviendrait également que ces professionnels reçoivent des conseils sur la façon de soutenir les participantes pouvant éprouver de l’anxiété et de la peur à la suite d’un résultat positif à un test de détection du VPH.
    • Ce point est particulièrement important pour celles qui n’ont peut-être jamais participé à un dépistage auparavant, en raison d’un traumatisme passé. Des ressources, des contenus et des soutiens supplémentaires, tenant compte des différences culturelles et des traumatismes, devraient être mis à la disposition de ces participantes.
  • Les FSP et les colposcopistes devraient disposer de documents à remettre aux participantes à la recherche de plus amples détails et renseignements sur les parcours de triage et de suivi.
  • Les participantes aiguillées en colposcopie pourraient éprouver de l’anxiété avant l’examen. En conséquence, bien que des renseignements et des conseils aient dû normalement leur être fournis dès le début du parcours de dépistage par test de détection du VPH, il conviendrait que les colposcopistes leur répètent les points importants concernant le triage ainsi que le suivi et qu’ils prennent des mesures pour atténuer leur anxiété1.
  • Les participantes devraient être informées qu’un résultat positif à un test de détection du VPH n’indique pas nécessairement la présence d’une malignité. Il sera important de leur faire comprendre l’objectif des processus de triage et de suivi et leur importance pour déterminer si elles sont atteintes ou non d’un cancer.
  • La différence entre un test de dépistage et un test diagnostique devrait être expliquée en langage simple.

Gestion des ressources en cytologie et en colposcopie

microscopeRecommandation : Travailler avec les laboratoires partenaires en vue de planifier les changements attendus en matière de charge de travail des cytotechnologistes et des cytopathologistes, du fait de la transition vers le dépistage primaire par test de détection du VPH.

Principales données probantes et considérations relatives à la mise en œuvre :

  • Bien que la mise en œuvre du dépistage primaire par test de détection du VPH puisse signifier une diminution globale du volume d’échantillons examinés par les cytotechnologistes et les cytopathologistes, elle donnera cependant lieu à un changement du type d’échantillons examinés2.
  • Étant donné que le test de détection du VPH est plus sensible que la cytologie, les cytotechnologistes et les cytopathologistes verront probablement un plus grand nombre d’échantillons cytologiques anormaux, issus du parcours de triage, plus complexes et nécessitant un temps d’interprétation plus long2. Ainsi, le fait d’avoir un plus petit nombre de tests cytologiques à interpréter pourrait ne pas directement entraîner de diminution proportionnelle de la charge de travail des cytotechnologistes2. Les territoires de compétence pourraient, dans ce cadre, former et recycler le personnel concerné afin qu’il participe au traitement des tests de détection du VPH.
  • Les pays qui ont déjà mis en place le dépistage primaire par test de détection du VPH (par exemple l’Australie, la Finlande ou le Royaume-Uni) ont géré l’évolution de la demande de cytotechnologistes grâce à diverses stratégies, comme la formation ou le recyclage de ceux en poste dans d’autres domaines, comme l’histologie, la pathologie moléculaire, l’immunologie ou l’évaluation rapide sur place3.

Aiguillage en colposcopie et/ou traitement

étapes suivantesRecommandation : Les parcours d’aiguillage doivent refléter les changements dans le triage initial, le triage de suivi et l’aiguillage en colposcopie fondés sur des données probantes et des lignes directrices en matière de pratiques exemplaires pour la transition vers le dépistage primaire par test de détection du VPH.

Principales données probantes et considérations relatives à la mise en œuvre :

  • On consultera les lignes directrices en matière de prise en charge des participantes ayant obtenu un résultat positif à un test de détection du VPH, ainsi que de colposcopie et de surveillance fondées sur le risque et de surveillance subséquente. Grâce à un financement du Partenariat, la Society of Gynecologic Oncology of Canada (GOC) a élaboré ces lignes directrices, en collaboration avec la Société canadienne des colposcopistes (SCC), en vue de fournir des recommandations sur le parcours d’aiguillage en cas de lésion histologique de haut grade ou de bas grade, la prise en charge prudente des patientes atteintes de néoplasie intraépithéliale cervicale modérée (CIN2) âgées de moins de 30 ans, le traitement des patientes présentant une lésion malpighienne intraépithéliale de haut grade (HSIL) et les parcours de suivi postérieurs au traitement et ceux concernant l’adénocarcinome glandulaire. Ces recommandations ciblent la population générale ainsi que certaines populations particulières (femmes enceintes, immunodéprimées, ménopausées ou âgées de moins de 25 ans).
  • La coordination des soins entre les FSS sera importante pour assurer la responsabilisation, tout au long des transitions, et pour un aiguillage rapide en colposcopie.

Assurance de la qualité

liste de vérification sur une planchette à pinceRecommandation : Élaborer et intégrer des protocoles de triage normalisés fondés sur des données probantes et des pratiques exemplaires, en vue de contribuer à faciliter la continuité au sein de chaque territoire de compétence.

Principales données probantes et considérations relatives à la mise en œuvre :

  • Des indicateurs de la qualité pourraient être utilisés pour surveiller l’efficacité des protocoles de triage et éclairer des initiatives d’amélioration de la qualité.
  • Il sera important de suivre la participation au parcours de suivi, en poursuivant le processus de dépistage auprès des femmes ayant obtenu un résultat positif au test de détection du VPH. Le dépistage primaire ne fonctionnera que si les participantes présentant les risques les plus élevés suivent le parcours de triage. Les programmes devraient établir un suivi régulier de l’avancement dans le processus de triage, pour celles qui ont obtenu un résultat positif au test de détection du VPH.
  1. Cancer Council Australia. Cervical cancer screening: Supplement, colposcopy information for discussion with patient. [Consulté le 11 juillet 2022]. Disponible à l’adresse (en anglais seulement) : https://www.cancer.org.au/clinical-guidelines/cervical-cancer-screening/colposcopy/colposcopy-information-for-discussion-with-patient.
  2. Clark, M. et Horton, J. (2021). Self-sampling devices for HPV testing. Canadian Journal of Health Technologies, 1(12). https://doi.org/10.51731/cjht.2021.229.
  3. Partenariat canadien contre le cancer. (2021). Analyse de l’environnement sur le dépistage primaire par détection du VPH et le suivi des résultats anormaux. [Consulté le 19 janvier 2022]. Disponible à l’adresse : https://www.partnershipagainstcancer.ca/fr/topics/hpv-primary-screening-environmental-scan/.