Mise en œuvre de l’Initiative sur la production de rapports synoptiques d’anatomopathologie électroniques

Dans ce rapport de 2017, découvrez les obstacles et les facteurs favorables de la mise en œuvre des systèmes électroniques et des normes en matière de pathologie dans six provinces

Ce rapport évalue la mise en œuvre des systèmes électroniques et des normes en matière de pathologie en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Colombie-Britannique et au Manitoba. Cette évaluation comprend les éléments qui ont bien fonctionné, ce qui aurait pu être fait différemment, ainsi que les principaux facteurs favorables et les principaux obstacles.

De plus, ce rapport examine les façons d’appuyer la production de rapports synoptiques d’anatomopathologie électroniques, les indicateurs pour évaluer les rapports de chaque territoire de compétence et l’atteinte ou non des objectifs de l’initiative.

Les objectifs de l’Initiative sur la production de rapports synoptiques d’anatomopathologie électroniques (IPRSAE) sont :

  1. soutenir l’adoption des rapports synoptiques d’anatomopathologie électroniques pour les cancers du sein, colorectal, du poumon, de la prostate et de l’endomètre;
  2. maintenir et promouvoir l’adoption des normes;
  3. se servir des indicateurs de performance pour promouvoir l’utilisation des données normalisées.

L’IPRSAE a contribué à la lutte contre le cancer au Canada grâce à des mesures cohérentes qui appuient des diagnostics et des soins cliniques de grande qualité :

  • l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, la Colombie-Britannique et le Manitoba ont les moyens de consigner des données normalisées et exhaustives concernant la pathologie, le diagnostic, la stadification et le pronostic, en mettant en œuvre les protocoles normalisés en matière de pathologie (élaborés par le CAP dans ses systèmes d’information).
  • Un total de 850 pathologistes canadiens (67 %) ont maintenant fait la transition du format narratif au format électronique pour les rapports dans ces six provinces.
  • Les systèmes de santé provinciaux et régionaux, les organismes de lutte contre le cancer, les pathologistes et les autres cliniciens peuvent maintenant accéder aux données sur les diagnostics, la stadification et le traitement afin d’examiner la répartition de l’anatomie des cellules cancéreuses, la mesure dans laquelle les cellules cancéreuses se propagent, le potentiel de récidive du cancer, le pronostic du patient et la survie. Ces renseignements n’étaient pas accessibles avant la mise en œuvre de l’IPRSAE.

Le but de ce rapport est d’obtenir des renseignements des six provinces au sujet des principaux facteurs favorables et des principaux obstacles dans quatre domaines liés à l’IPRSAE et de savoir si les objectifs ont été atteints :

  • mise en œuvre du programme;
  • mobilisation;
  • expérience des intervenants;

Les entrevues avec les informateurs, les sondages et les examens de la documentation clés ont été inclus dans ce rapport. Les constatations du rapport peuvent nous aider à tirer profit de l’expérience, à trouver des façons de surmonter les obstacles, à assurer la pérennité de l’IPRSAE, à éclairer la planification future du Partenariat, en plus d’aider d’autres territoires de compétence à adopter l’IPRSAE.

Les recommandations du rapport peuvent être utiles, notamment en :

  • favorisant l’utilisation de la pathologie normalisée dans la pratique clinique afin d’améliorer la qualité des diagnostics, de la stadification et du traitement des cancers;
  • améliorant les plans opérationnels visant le maintien de l’IPRSAE dans six provinces;
  • mettant l’IPRSAE en œuvre dans des provinces potentielles;
  • analysant les solutions pour normaliser les processus des soins du cancer à l’aide des technologies de l’information.

Document à télécharger (en anglais seulement)