Innover contre le cancer

De meilleurs soins du cancer pour tous

Pour répondre aux besoins urgents des personnes atteintes de cancer au cours de la pandémie de COVID-19, il est nécessaire de disposer d’un leadership solidaire et d’approches novatrices. En novembre 2020, le Partenariat a annoncé qu’il s’engageait à investir 24,5 millions de dollars afin d’appuyer l’innovation dans les services canadiens liés au cancer, ce qui permettra de relever les défis découlant de la pandémie et de poursuivre les travaux réalisés par le Partenariat avec ses partenaires de tout le pays en vue d’innover dans les soins contre le cancer, en se concentrant tout particulièrement sur l’amélioration de l’accès à des services de dépistage du cancer de calibre mondial pour les populations mal desservies.

Le Partenariat travaille avec des partenaires de tout le Canada pour accélérer et introduire des programmes qui permettront :

 

  • De restaurer et de maintenir les soins contre le cancer à la suite de la pandémie;
  • De favoriser une innovation plus rapide afin d’améliorer l’accès à des services de dépistage de calibre mondial;
  • De remédier aux inégalités en matière de soins pour les populations mal desservies.
  • De faire avancer les priorités et les mesures de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer 2019-2029 (la Stratégie)

Innover contre le cancer

La pandémie de COVID-19 a changé le visage des soins de santé au Canada. Elle a engendré de nouveaux défis pour les organismes et les programmes de lutte contre le cancer, ainsi que de nombreuses incertitudes pour les personnes vivant avec un cancer. Beaucoup de patients n’ont pas pu voir leur médecin en personne, d’autres se sont fait dire que les rendez-vous de dépistage du cancer étaient annulés, et certains, qu’ils devraient attendre plus longtemps pour une chirurgie du cancer.

Innover contre le cancer est une série d’initiatives qui aideront à restaurer et à maintenir le dépistage du cancer et les soins cliniques, à favoriser une innovation plus rapide quant à la manière dont les services liés au cancer sont offerts, et à mettre en œuvre des changements à l’échelle du système pour remédier aux inégalités dans les soins contre le cancer auxquelles sont confrontées les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis, ainsi que les populations mal desservies.

Le leadership et le soutien du Partenariat donnent aux programmes provinciaux de lutte contre le cancer la capacité de travailler ensemble en vue d’améliorer le système de soins contre le cancer pour l’ensemble de la population canadienne.

Nous sommes reconnaissants du soutien financier que nous avons reçu récemment de la part du Partenariat, et qui a permis à la Colombie-Britannique d’être la première au Canada à annoncer un programme provincial de dépistage du cancer du poumon au sein de la population.

Nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble, et ensemble, nous changeons les résultats et la vie de tous les Canadiens qui sont touchés par le cancer.

-Dr Kim Nguyen Chi, médecin-chef à BC Cancer

Innover contre le cancer – Les initiatives


  • L’Organisation mondiale de la Santé a fixé l’objectif d’éliminer le cancer du col de l’utérus dans le monde entier au cours de ce siècle, et la ministre de la Santé du Canada a engagé le pays à réaliser cet objectif. Une étape clé dans l’atteinte de cet objectif est le Plan d’action pour l’élimination du cancer du col de l’utérus au Canada, 2020-2030, maintenant disponible. Le Partenariat et ses partenaires de l’ensemble du Canada utilisent ce plan afin d’orienter les mesures relatives aux priorités visant à éliminer le cancer du col de l’utérus au Canada d’ici 2040. Ces priorités comprennent la vaccination contre le VPH pour les garçons et les filles; le passage au test de détection du VPH comme méthode de dépistage primaire dans le cadre des programmes de dépistage du cancer du col de l’utérus; et l’assurance que tous les patients font l’objet d’un suivi approprié lors de la détection d’anomalies. Des priorités et des mesures propres aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis sont également présentées dans le Plan d’action. Le Partenariat a accordé un financement de 1,6 million de dollars à des partenaires du domaine de la vaccination, soit le Réseau pour la santé publique urbain, le Rural Remote and Northern Public Health Network et les Médecins de santé publique du Canada, et travaille avec la Société de gynéco-oncologie du Canada à l’élaboration de lignes directrices cliniques en matière de suivi et de prise en charge des patients après l’obtention d’un résultat anormal au test de détection du VPH.

  • Le Partenariat travaille avec l’ensemble des provinces afin de mettre en œuvre, pour la première fois, un dépistage organisé du cancer du poumon chez les personnes présentant un risque élevé. Des travaux initiaux menés en Ontario et dans d’autres territoires de compétence font avancer ces efforts. Récemment, la Colombie-Britannique a annoncé ses plans relatifs à un programme de dépistage qui devrait être opérationnel d’ici le printemps 2022. Le Partenariat s’est engagé à investir 5,0 millions de dollars dans ces travaux au cours des 18 prochains mois afin d’en accélérer la planification et la mise en œuvre au Canada. Les données probantes indiquent clairement que le dépistage chez les personnes présentant un risque élevé de cancer du poumon peut sauver des vies, car ce type de cancer, lorsqu’il est détecté à un stade précoce, est associé à de meilleurs résultats de traitement. Cette initiative accordera une importance particulière à la collaboration avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, en vue d’élaborer des approches propres à ces peuples afin d’accroître l’accessibilité des programmes de dépistage du cancer du poumon pour les communautés autochtones. Le Partenariat a publié un rapport intitulé Cancer du poumon et équité qui est axé sur le revenu et la géographie, ainsi que sur leur incidence sur le diagnostic du cancer du poumon et les résultats liés à la maladie.

  • Lors de la première vague de la pandémie, les programmes de dépistage du cancer ont cessé leurs activités ou modifié considérablement leur approche de la détection précoce du cancer, en raison de leur crainte d’une exposition des patients à la COVID-19 ainsi que d’un manque d’accès à des services de diagnostic et de laboratoire débordés. La Stratégie décrit de nouvelles approches du dépistage qui nécessitent moins d’interactions en personne avec le système de soins de santé, et qui incluent des options plus accessibles et très fiables de dépistage à domicile. Le Partenariat s’est engagé à accorder un financement de 3,4 millions de dollars pour appuyer l’adoption précoce de ces approches novatrices concernant les programmes de dépistage. En outre, le Partenariat a réuni des experts de tout le pays pour repenser l’approche selon laquelle les services de dépistage du cancer pourront reprendre leurs activités de façon optimale, d’une manière qui soit opportune et qui garantisse leur accessibilité au cours des vagues successives de COVID-19. Le document d’orientation intitulé Gestion des services de dépistage du cancer pendant la pandémie de COVID-19 et mise en place de services de dépistage résilients, plus sûrs et équitables formule des recommandations fondées sur des données probantes pour garantir que les provinces et les territoires pourront accroître la résilience des services de dépistage lors de futures perturbations ou épidémies.

  • La Stratégie a établi la nécessité d’offrir des cheminements plus rapides, plus clairs et plus efficaces depuis le diagnostic jusqu’au traitement, avec notamment un accès à des services chirurgicaux de qualité élevée pour les patients atteints de cancer. En septembre 2020, au nom de 11 associations chirurgicales canadiennes, le Partenariat a publié le Plan d’action pancanadien pour la chirurgie du cancer. Le Plan d’action présente une approche unifiée qui recense les principaux partenaires et offre des orientations relatives aux efforts coordonnés requis pour la prestation de soins chirurgicaux contre le cancer de grande qualité, efficaces et intégrés. La pandémie a fait émerger de nouveaux défis pour ce qui est de la prestation des soins chirurgicaux. Le Plan d’action arrive à un moment important et cherchera à favoriser l’innovation ainsi qu’une transition vers de nouveaux modèles de soins afin de préserver l’offre de soins chirurgicaux contre le cancer au Canada, à une période où les ressources de santé sont mises à rude épreuve.

  • Les taux de rappel pour anomalie (TRA) dans le dépistage du cancer du sein (c.-à-d. les mammographies qui montrent la présence éventuelle d’une tumeur) augmentent au Canada depuis 2014, sans variation importante des taux de détection du cancer. Cela signifie que davantage de femmes reçoivent des résultats de dépistage faux positifs, ce qui peut entraîner un stress et une inquiétude inutiles, en plus d’examens de suivi évitables qui sont eux-mêmes associés à un risque de dommages. Grâce à un financement du Partenariat et au soutien de notre réseau d’experts, la communauté canadienne du dépistage du cancer du sein a publié récemment un Cadre présentant six approches fondées sur des données probantes afin d’orienter les efforts pancanadiens et provinciaux ou territoriaux visant à réduire les TRA. Si elles sont mises en œuvre, ces approches permettront d’observer une diminution des TRA au cours des années à venir, ce qui se traduira ensuite par une réduction du nombre de faux positifs, de rendez-vous de suivi et d’interactions avec le système de soins de santé, pendant la pandémie et au-delà.

  • L’appel de la Stratégie à améliorer la portée du dépistage organisé du cancer colorectal – et à réduire les taux de cette maladie – fait maintenant l’objet d’une réponse accélérée grâce à l’utilisation plus étendue des tests de dépistage à domicile envoyés directement par courrier, qui permettront de réduire la nécessité d’avoir des interactions avec le système de soins de santé. Le Partenariat va également investir 1,5 million de dollars dans une initiative pluriannuelle visant à aider les provinces et les territoires à mieux cerner les populations faisant l’objet d’un dépistage insuffisant du cancer colorectal, et à collaborer avec les communautés locales afin d’éliminer les obstacles qui les empêchent d’accéder à ces programmes de dépistage. À titre de première étape, le Partenariat a offert aux territoires de compétence une formation sur l’utilisation de la géocartographie pour recenser les communautés où les taux de dépistage du cancer colorectal sont particulièrement faibles, et il va publier une trousse d’outils proposant des approches fondées sur des données probantes pour améliorer la participation au dépistage, lesquelles peuvent être adaptées pour convenir à des populations particulières et à des contextes locaux.

Autres financements et activités de soutien pour les initiatives innovantes

En plus de ces importants domaines d’innovation dans les soins contre le cancer au sein desquels des initiatives sont déjà financées et en cours, le Partenariat accordera les financements suivants :

 

  • 5,5 millions de dollars pour étendre la portée du programme Ambulanciers paramédicaux et soins palliatifs – un programme mené en collaboration par le Partenariat et l’organisme issu de la fusion de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé et de l’Institut canadien pour la sécurité des patients; ces fonds permettront d’élargir la gamme de services offerts à domicile par les ambulanciers paramédicaux pour y inclure les soins palliatifs;
  • 6,3 millions de dollars pour remplacer plusieurs soutiens traditionnels offerts aux patients atteints de cancer par des modèles de soins virtuels ou d’autres modèles;
  • Un financement visant l’amélioration de la surveillance des symptômes des patients grâce à des outils virtuels de collecte des résultats signalés par les patients lorsque les visites en personne ne sont pas possibles;
  • 1,3 million de dollars pour appuyer l’offre de services virtuels ou à domicile de counseling pour l’abandon du tabagisme, ou d’autres méthodes rentables et commodes de délivrance de thérapies de remplacement de la nicotine.