Faits saillants du rapport annuel 2020-2021

Voici nos principales réalisations récentes

Depuis plus d’un an, les systèmes de santé et de lutte contre le cancer au Canada réagissent à la pandémie de COVID-19. Cette période a été très vulnérable pour les personnes atteintes de cancer, et le Partenariat a travaillé sans relâche avec ses partenaires pour maintenir, rétablir et remanier les services touchés par la COVID-19.

Ce rapport annuel met en évidence le travail du Partenariat avec ses partenaires non seulement pour soutenir le rétablissement des services de lutte contre le cancer perturbés par la COVID-19, mais aussi pour accélérer l’adoption de nouvelles pratiques en vue de faire progresser les soins prodigués aux patients et de réaliser les priorités et les mesures énoncées dans la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

ensemble dans le meme bateau

Bilan de l’année 2020-2021

Les initiatives actuelles font progresser la Stratégie et aident le système de lutte contre le cancer à continuer d’innover en réponse à la COVID-19.

Élargir l’accès aux soins palliatifs dans tout le Canada

L’introduction précoce de soins palliatifs de qualité peut aider les gens à vivre plus intensément et plus confortablement tout au long de leur parcours face au cancer. La plupart des personnes recevant des soins palliatifs en fin de vie préféreraient rester chez elles avec un soutien approprié. Un nouveau modèle de soins forme les ambulanciers paramédicaux à évaluer et à traiter les patients ayant besoin de soins palliatifs à domicile au lieu de se rendre au service des urgences. Grâce au soutien conjoint du Partenariat et d’Excellence en santé Canada, le modèle est maintenant déployé dans 10 territoires de compétence. En réponse à la pandémie, l’initiative s’étend pour essayer de garder les patients hors des hôpitaux chaque fois que cela est possible. Plus de 4 400 ambulanciers paramédicaux ont été formés à ce jour, et plus de 7 000 le seront d’ici 2022.

Malgré le besoin croissant de services de soins palliatifs, il n’y a pas assez de professionnels de la santé ayant les compétences et les connaissances nécessaires pour fournir des soins palliatifs. Pour combler cette lacune, le Partenariat a collaboré avec Santé Canada, le BC Centre for Palliative Care et Pallium Canada pour élaborer le Cadre canadien de compétences interdisciplinaires en soins palliatifs. Ce cadre s’appuie sur les cadres existants pour établir une norme nationale permettant de fournir des soins palliatifs de grande qualité dans tous les milieux de soins – centres de cancérologie, cliniques de soins palliatifs, établissements de soins de longue durée, soins primaires ou soins à domicile.

Accélérer l’élaboration des programmes de dépistage du cancer du poumon

Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent – et le plus mortel – au Canada, mais le dépistage des personnes présentant un risque élevé de cancer du poumon peut réduire le nombre de décès jusqu’à 24 %. Le Partenariat fournit cinq millions de dollars pour aider les partenaires à accélérer la planification et la création de programmes de dépistage du cancer du poumon. Les nouveaux programmes mettront l’accent sur les Premières Nations, les Inuits et les Métis, les personnes à faible revenu et les personnes vivant dans des régions éloignées et rurales. Le récent rapport du Partenariat intitulé Cancer du poumon et équité : rapport axé sur le revenu et la géographie a constaté des différences alarmantes dans l’accès aux soins du cancer du poumon au sein de ces communautés. Par exemple, les personnes à faible revenu ont un risque près de deux fois plus important de recevoir un diagnostic de cancer du poumon que celles ayant un revenu plus élevé, et elles ont moins de chances d’y survivre. De plus, les adultes des Premières Nations ont 35 % moins de chances que les populations non autochtones de survivre à un cancer du poumon, cinq ans après le diagnostic.

Augmenter la participation au dépistage du cancer colorectal

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus diagnostiqué et la deuxième cause de décès par cancer au Canada, mais les taux de participation aux programmes de dépistage restent obstinément bas. La COVID-19 a exacerbé le problème, car les programmes de dépistage ont été interrompus ou leur capacité a été réduite. Cependant, des changements sont en cours dans tout le pays qui aideront les programmes à étendre leur portée, en particulier auprès des groupes qui subissent des inégalités en matière d’accès. Le Partenariat aide les territoires de compétence de tout le Canada à travailler avec les Premières Nations, les Inuits, les Métis ainsi que les populations mal desservies pour comprendre les obstacles qui empêchent les gens d’accéder aux programmes de dépistage du cancer colorectal. Malgré les retards liés à la pandémie, les efforts visant à mobiliser ces communautés ont déjà commencé. Par exemple, l’Alberta travaille avec des groupes comme les Services de santé communautaire Punjabi (Punjabi Community Health Services) de Calgary, en vue de recruter des participants à des groupes de discussion en ligne afin de résoudre ensemble les problèmes.

Pour aider les partenaires à déterminer quelles sont les communautés qui présentent des taux de dépistage particulièrement faibles, le Partenariat a élaboré un outil de géocartographie et a formé les territoires de compétence à son utilisation. Une nouvelle boîte à outils, Interventions axées sur l’équité visant à accroître la participation au dépistage du cancer colorectal : ressource pour les programmes, propose des interventions visant à surmonter les obstacles auxquels sont confrontées ces communautés.

Éliminer le cancer du col de l’utérus

Des partenaires de tout le pays travaillent activement à la réalisation de l’objectif ambitieux du Canada d’éliminer le cancer du col de l’utérus d’ici 2040. Lancé en novembre 2020, le Plan d’action pour l’élimination du cancer du col de l’utérus au Canada appelle à une action immédiate sur plusieurs fronts prioritaires, notamment l’amélioration des taux de vaccination contre le VPH et la mise en œuvre du dépistage primaire par détection du VPH. Pour atteindre l’objectif de vaccination contre le VPH de 90 % des jeunes de 17 ans d’ici 2025, le Partenariat fournit 1,6 million de dollars aux territoires de compétence pour les aider à améliorer les taux de vaccination et à comprendre les besoins et les obstacles qui empêchent les Premières Nations, les Inuits, les Métis, ainsi que les communautés mal desservies, de participer aux programmes de vaccination existants.

Le Partenariat fournit également 1,4 million de dollars pour soutenir le passage du test Pap au test de détection du VPH, plus efficace pour détecter les lésions précancéreuses. Le dépistage primaire par détection du VPH peut inclure l’autoprélèvement, qui permet d’effectuer soi-même le prélèvement à domicile ou dans une clinique. Un test effectué à domicile permet également de réduire la nécessité d’interactions en personne avec le système de santé, une préoccupation particulièrement vive pendant la pandémie de COVID-19.

Aider les patients atteints de cancer à arrêter de fumer

Les patients atteints de cancer qui arrêtent de fumer peuvent réduire leur risque de mourir de la maladie jusqu’à 40 %. Alors que 87 % des centres de cancérologie ont mis en place des mesures d’aide à l’abandon du tabagisme dans tout le pays, les centres de cancérologie ont été confrontés à un défi cette année lorsque les restrictions dues à la COVID-19 ont considérablement limité les visites en personne permettant d’obtenir des conseils en matière d’abandon du tabagisme. En réponse, le Partenariat a aidé les partenaires à adapter leur approche en leur fournissant des fonds supplémentaires pour explorer de nouvelles options de soutien aux patients, notamment l’offre de conseils sur l’abandon du tabagisme par téléphone et l’envoi par la poste de thérapies de remplacement de la nicotine (TRN).

L’amélioration de l’accès aux médicaments de sevrage tabagique restera une priorité, même après l’assouplissement des restrictions liées à la pandémie, afin de combler les lacunes en matière de couverture et d’aider ceux qui ne remplissent pas les conditions requises pour bénéficier d’un traitement subventionné ou gratuit. Les centres de cancérologie de tout le pays continuent de s’associer à des organisations et à des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis afin d’accroître la disponibilité de mesures d’aide à l’abandon du tabagisme adaptées à la culture. Lesdites mesures comprennent une ligne d’aide à l’abandon du tabagisme destinée aux Autochtones, Parlez tabac, financée par le Partenariat, qui a été lancée en Ontario par la Société canadienne du cancer et qui s’est maintenant étendue à la Saskatchewan et au Manitoba. La ligne d’aide à l’abandon du tabagisme offre un soutien dans 24 langues autochtones qui garantit la sécurité culturelle.

Améliorer les soins contre le cancer pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis

La Stratégie canadienne de lutte contre le cancer actualisée s’engage à combler les lacunes dans les soins contre le cancer en favorisant l’équité en matière de santé pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Le Partenariat finance 29 partenaires – dont 20 organisations inuites, métisses et des Premières Nations – pour qu’ils prennent des mesures concernant les priorités propres aux peuples autochtones et déterminées par ces derniers, en planifiant ou en mettant en œuvre des plans de lutte contre le cancer dans les 13 provinces et territoires. Ces plans permettront d’améliorer le parcours du cancer ainsi que les issues de la maladie pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis, tout en répondant au besoin de soins respectant la culture, dans tout le pays.

Par exemple, en Nouvelle-Écosse, l’Union of Nova Scotia Mi’kmaq a mis en œuvre une campagne sur les médias sociaux en faveur d’un mode de vie sain pour les jeunes, qui met l’accent sur l’abandon et la prévention du tabagisme. Dans les Territoires du Nord-Ouest, des partenaires collaborent avec le ministère de la Santé et des Services sociaux du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour mettre en œuvre un programme de dépistage organisé du cancer colorectal qui utilise une approche propre aux peuples autochtones.

Ensemble dans le même bateau

Avec la Stratégie actualisée comme guide, le Partenariat poursuivra ses efforts pour harmoniser les soins contre le cancer dans tout le Canada, en vue d’atteindre ses priorités stratégiques, de maintenir un système de lutte contre le cancer de classe mondiale grâce à l’innovation et de créer un système de lutte contre le cancer accessible et équitable pour tous les Canadiens.

Nous demeurons tous ensemble dans le même bateau.

Téléchargez le rapport annuel

Rapport annuel 2020-2021