Le Partenariat canadien contre le cancer a publié des rapports sur le dépistage du cancer du sein (en 2011 et en 2012) et du cancer colorectal (en 2013 et en 2014) dans tout le pays. Les données de ces deux rapports montrent qu’en dépit d’une amélioration dans ce domaine, les temps d’attente pour un examen diagnostique de suivi demeurent largement supérieurs aux cibles nationales en la matière.

En ce qui concerne le dépistage du cancer du sein, le pourcentage de femmes ayant reçu un diagnostic définitif dans les délais cibles de 5 à 7 semaines (selon qu’une biopsie a été nécessaire ou non) s’est accru pour s’établir, respectivement, à 79 % et à 55 %, restant toutefois, dans les deux cas, en deçà de la cible nationale de 90 %.

En ce qui concerne le dépistage du cancer colorectal, pour une grande partie de la population, les temps d’attente pour une coloscopie de suivi après l’obtention d’un résultat anormal au test fécal s’établissaient entre 104 et 151 jours pour les neuf provinces ayant transmis des données. Ces chiffres sont, là encore, supérieurs à la cible nationale de 60 jours.

Des temps d’attente plus longs pour confirmer un diagnostic peuvent entraîner un retard dans la mise en œuvre du traitement, ce qui non seulement prolonge, souvent inutilement, le stress du patient, mais peut également avoir des répercussions négatives sur les résultats du traitement. Depuis 1992, les taux de mortalité normalisés selon l’âge ont diminué pour ces deux types de cancer; toutefois, les données montrent que le processus s’étendant du dépistage au diagnostic peut encore être amélioré.

Les deux rapports, Dépistage du cancer du sein au Canada et Dépistage du cancer colorectal au Canada, examinent le rendement des programmes de dépistage organisés dans les provinces et les territoires participants.

Voici quelques-unes des autres observations principales de ces rapports :

 

Dépistage du cancer du sein

  • Sur l’ensemble des femmes âgées de 50 à 69 ans (c’est-à-dire appartenant à la tranche d’âge admissible aux programmes) ayant passé une mammographie de dépistage, seules 54 % ont effectué cet examen dans le cadre de programmes organisés provinciaux ou territoriaux, tandis que les autres l’ont effectué en dehors de tels programmes.
  • En ce qui concerne les femmes ayant participé à des programmes organisés de dépistage, le taux de rappel pour anomalie après une mammographie de dépistage s’est accru; toutefois, le pourcentage de femmes pour lesquelles on a finalement confirmé un cancer grâce à des examens de suivi est demeuré pratiquement inchangé. Ces chiffres donnent à penser qu’un plus grand nombre de femmes n’ayant pas de cancer ont été rappelées pour des examens diagnostiques de suivi, conduisant non seulement, du fait de possibles complications à la suite d’une biopsie ou d’une exposition radiologique inutile, à un risque accru de conséquences négatives pour ces patientes, mais également à une utilisation des ressources du système que l’on aurait pu éviter.

Dépistage du cancer colorectal

  • Le pourcentage de Canadiennes et de Canadiens âgés de 50 à 74 ans (c’est-à-dire appartenant à la tranche d’âge admissible aux programmes) ayant participé à des programmes de dépistage organisés s’est accru, tout en restant inférieur à la cible nationale de 60 %.
  • Bien que des programmes organisés de dépistage du cancer colorectal aient été introduits dans neuf provinces, ces dernières se trouvent à différentes étapes de la mise en œuvre de leur programme, certains étant encore en phase pilote. Dans les autres provinces et territoires, des projets de programmes en sont à des stades variés de mise en œuvre et d’évaluation.

Les données figurant dans ces deux rapports ont été recueillies auprès d’organismes et de programmes provinciaux et territoriaux de lutte contre le cancer, de l’Agence de la santé publique du Canada et de Statistique Canada, notamment à partir de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Pour consulter le rapport complet intitulé Dépistage du cancer du sein au Canada : Surveillance et évaluation des indicateurs de qualité – Rapport des résultats (2011 et 2012), rendez-vous à l’adresse suivante : vuesurlecancer.ca/prevention_et_depistage/depistage_du_cancer_du_sein_au_canada/

Pour consulter le rapport complet intitulé Dépistage du cancer colorectal au Canada : Surveillance et évaluation des indicateurs de la qualité – Rapport des résultats (2013 et 2014), rendez-vous à l’adresse suivante : vuesurlecancer.ca/prevention_et_depistage/depistage_du_cancer_colorectal_au_canada/